Suite à une étude approfondie, l’Ifop (Institut d’études opinion et marketing en France et à l’international ) affirme une hausse d’activité sur les sites de rencontres.

L’enquête a été réalisé auprès de 2000 personnes de 18 à 69 ans, hommes et femmes avec différentes catégories socio professionnelles et en effet les résultats ne trompe pas; Depuis 18 ans les sites de rencontres ont révolutionné les habitudes et le quotidien des utilisateurs, en particulier le hookup culture qui consiste à faire des rencontres d’un soir sans tabou.

Une progression importante depuis quelques années

En 5 ans la fréquentation a doublé, on passe de 2 canadiens sur 10 en 2015, à 4 canadien sur 10 en 2020, inscrits au moins une fois sur un site de rencontre. Le nombre d’inscrits hommes et nettement supérieur aux femmes, ont compte environ 63% de profils homme contre 37% de femmes ces dernières peuvent donc se réjouir d’avoir plus de chance dans le choix de leurs partenaires. Vous êtes d’ailleurs loin de rencontrer uniquement des célibataires sur les sites, environ 3 hommes sur 10 seraient en couple.

Les amateurs de coups d’un soir constituent environ 38% des présences sur les sites de rencontres, presque le double par rapport à 2016. Rien d’étonnant à ça puisque chatter en ligne est devenu une méthode beaucoup plus simple pour échanger les fantasmes et faire connaître ses attentes immédiatement. L’avancée technologie implique ces comportements, si quelqu’un ne nous conviens pas on peut soit en faire une issue d’un soir ou passer à une autre personne, la géolocalisation est d’autant plus pratique pour restreindre son périmètre de recherche. Le sexe virtuel est tout aussi favorisé par ces méthodes de drague qui stimulent les utilisateurs (webcam).

Une majorité d’hommes actifs

Les hommes auraient ils plus peur de s’attacher que les femmes ? Le hookup est il une sorte d’échappatoire affectif ou une autre forme de masturbation ? Même si aujourd’hui homme et femme n’hésitent pas à rechercher des partenaires d’un soir. On constate une majorité d’homme plus présents et actifs que les femmes. Plus discrètes elles admettent moins rechercher des relations sans lendemain (11% par rapport à 50% chez les hommes).

Un quart des canadiens auraient eu une relation sexuelle avec quelqu’un rencontré sur Internet. Plus de 52% des personnes faisant des rencontres sur Internet se seraient vus à leurs domiciles directement sans rendez vous dans un lieu neutre au préalable. La moitié de ces personnes reconnaissent avoir eu un rapport sexuel le premier soir (55%), ainsi faire du sexe sans lendemain n’est plus un tabou pour nombre d’entre eux. 47% confient savoir qu’ils n’allaient pas revoir la personne ou 46% sans chercher à la revoir.

Vous cherchez un “plan cul” ? Essayez ces sites:

 

Pin It on Pinterest