Apprendre et chances à prendre

Se faire mal

Avez-vous d√©j√† suivi un cours d’art martiaux? La plupart d’entre eux, du judo √† l’aikido, vont accentuer un apprentissage important¬†: apprendre √† tomber. √áa peut sauver votre vie! Apr√®s tout, on a souvent de bien mauvais r√©flexes. Essayer de s’amortir avec ses mains? Terrible id√©e ‚Äď vos poignets peuvent se briser, vos coudes se tourner vers l’ext√©rieur, et bang, votre visage heurte le sol de plein fouet. Apprendre les techniques ad√©quates pour bien tomber, c’est hyper important.

Mais on est un peu peureux. On vit dans des environnements contr√īl√©s, on laisse de moins en moins nos enfants jouer les casse-cous (m√™me si √ßa aiderait leur d√©veloppement!), on √©vite de prendre des chances ¬ę¬†au cas o√Ļ √ßa tournerait mal¬†¬Ľ, on ne va pas non plus aborder l’inconnu(e) qui nous plait de peur de‚Ķ Se faire rejeter? Faire mauvaise impression? Pourtant, on pourrait apprendre tant de chaque interaction avec autrui, de chaque occasion qui nous est offerte de prendre un risque!

On comprend. Apr√®s tout, selon des chercheurs de l’Universit√© de Michigan (http://psychcentral.com/news/2011/03/29/social-rejection-hurts-like-physical-pain/24790.html), se faire rejeter, √ßa a l’effet d’une douleur physique¬†: les m√™mes r√©gions du cerveau s’activent lorsqu’on se fait exclure ou larguer qu’une douleur physique subite et intense (pensez¬†: s’√©chapper du caf√© br√Ľlant sur la jambe). La seule diff√©rence, c’est que le senseurs du cerveau ne rep√®rent pas une zone choc pr√©cise. Bref, √ßa fait mal.

En terre amicale

Or, la technologie a rattrap√© nos mŇďurs. Avec l’expansion des sites de rencontre, le terrain de jeu a chang√©. La distance rend l’approche facile ‚Äď pas besoin d’avoir peur de s’enfarger dans ses mots, de rougir, de b√©gayer‚Ķ Pas de stress quant √† ¬ę¬†D√©p√™che-toi, il/elle sort du bus bient√īt!¬†¬Ľ ou ¬ę Comment va-t-elle r√©agir si je veux la draguer √† l’√©picerie pendant qu’elle fait ses courses?¬†¬Ľ ou de ¬ę¬†D√©sol√©, j’ai d√©j√† une blonde.¬†¬Ľ Sur un site de dating, tout le monde est l√† pour des raisons semblables. L’insigne est claire, la voie est libre. S’essayer, c’est la norme. Et comme tout le monde ne peut pas plaire √† tout le monde, se voir refuser, c’est aussi un peu la norme. √áa enl√®ve la pression. Avec des applications comme Tinder, le processus est encore moins risqu√©. La pr√©misse de chaque interaction, c’est l’int√©r√™t mutuel. Si vous √™tes match√©s, c’est que vous avez pass√© les s√©lections! √Ä vous de vous rendre en s√©rie.

Cela dit, m√™me sur des sites de rencontre plus traditionnels, les enjeux sont plus bas que si vous deviez aborder quelqu’un devant une foule. Beaucoup moins de risques d’humiliation √† entamer une conversation en message priv√©, apr√®s tout. Imaginer les rencontres en ligne comme un terrain d’apprentissage pour ¬ę¬†pratiquer¬†¬Ľ sa sociabilit√© ‚Äď ou pour ¬ę¬†suppl√©menter¬†¬Ľ ses efforts de dragues √† l’ext√©rieur, √ßa aide √† d√©dramatiser les premi√®res conversations. Se donner la chance de rencontrer un autre √™tre humain, √ßa devrait √™tre plaisant, pas intimidant!

Bien entendu, si les sites de rencontres en ligne proposent énormément de choix et de chances de réussite, si vous vous y investissez, vous vous ferez probablement rejeter ou ignorer plus souvent que hors du monde virtuel. Nous vous conseillons donc de ne pas trop vous attacher à un profil en particulier; de ne pas trop passer de temps à travailler et retravailler un premier message non plus (ça fait pas naturel, anyway). Ne planifiez pas votre vie ensemble après une seule rencontre.

Bref, gr√Ęce √† l’interm√©diaire d’un site de dating, vous pouvez apprendre √† contr√īler vos angoisses, vos h√©sitations, vos peurs. √Ä ne pas craindre un premier pas. √Ä apprendre √† mieux tomber, pour mieux remonter √† v√©lo. √Ä ne pas laisser passer cette bonne vieille chance d’√™tre aim√©, ts√©.