Lettre d’Amour : Les Mots des Pros

Lettre d’Amour : Les Mots des Pros

Envie de lui envoyer la plus belle des missives? Mais quoi Ă©crire pour le toucher au cĹ“ur? Quatre bĂ´Ă´Ă´Ă´s Ă©crivains nous rĂ©vèlent les petits trucs du mĂ©tier…

CĂ´tĂ© Ă©crits amoureux, rien de tel que le fameux: «Baise m’encor, rebaise moy et baise/ Donne m’en un de tes plus savoureus, Donne m’en un de tes plus amoureus/ Je t’en rendray quatre plus chaus que braise» de Louise LabĂ©. Mais la belle cordière Ă©crivait quand mĂŞme au XVIe siècle… Pour des conseils plus «actuels», on a donc fait appel Ă  quatre hommes qui vivent pour les mots, et qui ont tous Ă©crit et reçu des lettres enflammĂ©es: Patrick Brisebois, Louis Hamelin, Robert Lalonde et GaĂ©tan Soucy.

Premier choc, si vous pensez qu’un «Je t’aime» bouleverse les gars, dĂ©trompez-vous! Quand il lit une lettre d’amour, Patrick Brisebois, qui dĂ©crit pourtant de son Ă©criture coup-de-poing un univers sexuel et bien arrosĂ©, cherche cette phrase toute simple: «Je m’ennuie de toi.» «Ça traduit le manque, l’attente. J’adore.» Très proche de la phrase fĂ©tiche de Robert Lalonde: «Je t’attends.» «Il me semble que la personne qui attend dit beaucoup. Elle dit que, quoi qu’il arrive, notre rapport existe. Quand quelqu’un me signifie d’une manière privilĂ©giĂ©e que je suis toujours prĂ©sent dans sa vie, cela me bouleverse.»

 

Pour faire craquer le rebelle Louis Hamelin, il faut lui murmurer le mot «sauvage». «Ça vient de “sylva”, forĂŞt. Les forĂŞts sont des endroits oĂą l’on se rend naturellement pour s’isoler et s’aimer. Pour aimer, pas besoin de public, la discrĂ©tion a quelque chose de plus attirant, de plus secrètement Ă©rotique. Sauvage, ça veut dire: commence donc par t’approcher un tout petit peu de moi.» Quant Ă  GaĂ©tan Soucy, un seul mot lui vient Ă  l’esprit. «”Plotinette!”: c’Ă©tait le nom de la partie intime de la femme que j’ai aimĂ©e le plus au monde.» On est, avouez-le, Ă  mille lieues du fameux «Je t’aime»… D’ailleurs, cette formule, Patrick Brisebois s’en mĂ©fie… «C’est facile de le dire ou de l’Ă©crire, mais ce sont les gestes qui comptent!» D’autres mots Ă  bannir d’une lettre d’amour? Le pire, selon Louis Hamelin: «ordinaire». «L’amour, en soi, est quelque chose d’extraordinaire, non? Sa fonction principale est d’ailleurs de nous sortir de “l’ordinaire” qui tue. La vision qui me dĂ©prime le plus dans la vie, c’est un couple qui n’a rien Ă  se dire au restaurant. Si ça devient aussi ordinaire que la soupe, la viande et les patates, aussi bien laisser tomber.» Robert Lalonde, lui, exècre le «OĂą Ă©tais-tu?» «Il y a de la possessivitĂ©, de la jalousie dans cette formule. Je dĂ©teste me faire dire cela. D’ailleurs, cette phrase a Ă©tĂ© Ă  l’origine de plusieurs de mes ruptures.» Ce que GaĂ©tan Soucy n’aime pas voir dans une lettre d’amour, c’est le spectre de la rupture: «Va-t’en.» Patrick Brisebois, quant Ă  lui, conseille de bannir la «non-rĂ©action». «Il n’y rien de pire que lorsque tu dis ou Ă©cris quelque chose Ă  l’ĂŞtre aimĂ© et qu’il le passe sous silence. Derrière ce geste je lis: “Je ne suis pas intĂ©ressĂ©, tes sentiments ne sont pas partagĂ©s.»

Les mots Ă  utiliser, les mots Ă  Ă©viter… Reste Ă  faire une lettre de tout ça!

 

La lettre parfaite

La lettre parfaite

Inutile de sortir vos livres de poĂ©sie pour vous inspirer, les formules ampoulĂ©es n’ont pas la cote. Les «Je me meurs de toi» ou «Tes yeux couleur d’azur», pas vraiment. D’ailleurs, nos Ă©crivains s’entendent lĂ -dessus: ne pesez pas trop fort sur le crayon HB! Règle n° 1: la sincĂ©ritĂ©. «Essayer de plaire, c’est toujours perceptible. L’autre se rend toujours compte que l’on fait des efforts pour avoir l’air aimable, passionné», explique Robert Lalonde, qui a dĂ©jĂ  donnĂ© des ateliers d’Ă©criture de lettres d’amour. Utilisez un vocabulaire qui vous appartient, exprimez votre passion avec vos propres moyens. «MĂŞme si ce n’est pas toujours digne d’une anthologie des lettres d’amour, que ça n’a rien Ă  voir avec les lettres de NapolĂ©on et de JosĂ©phine, il faut ĂŞtre sincère et puiser dans un choix de mots qui nous est propre. Si je suis comparĂ© Ă  un beau fruit juteux par quelqu’un qui est gourmand, j’y serai très sensible.»

 

D’après notre quatuor, les lettres d’amour doivent rĂ©vĂ©ler l’intimitĂ©; celle d’un geste, d’un regard, d’une caresse qui appartient Ă  la personne seule et nous bouleverse.

L’intimitĂ© sexuelle aussi. «J’aime les lettres directes, raconte Patrick Brisebois. On dit que les gars ne pensent qu’au sexe, mais les filles aussi y pensent, sans toutefois l’avouer. Moi, j’aime savoir qu’elle me dĂ©sire.» Idem pour GaĂ©tan Soucy. «Il n’y a rien qui plaĂ®t plus Ă  un homme que de se faire dire qu’il est un bon amant. Une lettre qui commencerait par: “Tu es l’amant le plus merveilleux que j’aie connu”, m’atteindrait en plein cĹ“ur, mais il faut que ça soit vrai.» Comment ĂŞtre vraie dans une lettre d’amour, alors que les clichĂ©s semblent si facilement y trouver refuge? «Il faut que ça soit senti, souffert. On ne peut pas aimer si on n’a pas connu la souffrance. Cette dernière nous apprend la solidaritĂ©, l’ouverture Ă  l’autre. Si c’est une vraie relation, on devrait pouvoir parler de notre souffrance. Mais dans un monde dominĂ© par Loft Story, elle est mal vue. On est en train de tuer l’amour», s’insurge GaĂ©tan Soucy. Si après tout ceci, vous ne savez pas quoi Ă©crire, vous pouvez toujours vous rabattre sur les petits riens Ă  la Diderot: «Je ne tuerai pas non plus une puce sans vous en rendre compte.»

Ă€ lire:

Patrick Brisebois, Chant pour enfants morts, L’Effet Pourpre.
Louis Hamelin, Le joueur de flûte, Boréal.
Robert Lalonde, Un jardin entouré de murailles, Boréal.
Gaétan Soucy, La petite fille qui aimait trop les allumettes, Boréal.