Infidélité : Peut-on ne pas être infidèle?

Infidélité : Peut-on ne pas être infidèle?

Peut-on ne pas √™tre infid√®le? Ainsi pos√©e, de mani√®re provocatrice, la question fait surtout r√©f√©rence √† l’augmentation moderne du taux d’infid√©lit√© (et de s√©parations). Cela tient-il au fait que l’on a renonc√© aux ch√Ętiments (lapidation des adult√®res), √† une fragilit√© multiple du couple dans notre soci√©t√©? Un peu aux deux, sans doute.

La promesse de fid√©lit√© r√©ciproque est une donn√©e fondatrice du couple. Elle vient cimenter une relation qui ne se veut plus √©ph√©m√®re. O√Ļ la l√©g√®re parole prend valeur d’engagement total jusqu’√† la mort ou la premi√®re bourrasque. Nul ne sait.

L’infid√©lit√© est une transgression du code ou du contrat de base librement et joyeusement accept√©, une trahison de la parole donn√©e, ce maillon √† r√©sistance variable, le plus fort et le plus faible qui soit.

[quote]Dans mes r√™ves, il m’arrive de penser – et m√™me plus – √† des partenaires qui ne sont pas mon mari. Suis-je insatisfaite? Vais-je le tromper?[/quote]

 

Un traitement illusoire

L’infid√®le est confront√© √† des facteurs d’une grande diversit√©, dont la force appara√ģt cependant tr√®s in√©gale. Ils l’invitent √† vivre une aventure fugitive, une liaison suivie, voire √† mener une double vie.

Certains c√®dent √† une pouss√©e de fi√®vre sensuelle, d’autres tombent raide amoureux. Nombreux y font une tentative de r√©soudre, de leur c√īt√©, un probl√®me sexuel ou relationnel. Les premiers r√©sultats sont parfois encourageants et l’amant retrouve, avec sa voisine de palier, des capacit√©s oubli√©es. Pour autant, sa voisine n’est pas une th√©rapeute. Elle ne peut garantir d’effets durables. Et puis le rem√®de s’av√®re parfois pire que le mal et √©reinte le couple, qui peut ne pas se relever de la trahison.

Dans de tels cas, l’infid√©lit√© est toujours une forme maladroite et enti√®rement illusoire de rem√©dier √† un malaise ou √† une situation insatisfaisante pour des causes complexes. Ceux qui en auront pris conscience ne verront que des avantages √† se confier √† un sexologue ou un conseiller conjugal.

Lire aussi:

La grande violence qui s’impose au partenaire dont la confiance a √©t√© trahie peut sembler disproportionn√©e. Souvent obnubil√© (“C’√©tait comment?”) par l’aspect sexuel de l’aventure, il va souffrir encore d’une profonde atteinte narcissique grouillant de sentiments d’abandon, de rejet, de d√©valorisation, de non-respect et de jalousie. C’est le jardin secret, la complicit√©, l’intimit√©, toutes les informations secret-d√©fense du couple qui sont suppos√©es avoir √©t√© livr√©es sans coup f√©rir √† l’ennemi. Voire sans pr√©caution, anticonceptionnelle ou m√©dicale (MST, sida).

Pareil s√©isme est de nature √† √©branler les couples les plus solides. Pourtant, si le malade ne tr√©passe pas, la crise peut √™tre salutaire et permettre – si besoin gr√Ęce √† l’aide de professionnels – de d√©cortiquer l’histoire, de panser les plaies b√©antes et de restaurer le contrat.

Libre arbitre

Quant aux fantasmes (dans les r√™ves) de relations extraconjugales, ils sont d’une banalit√© aussi affligeante que normale, et peut-√™tre m√™me n√©cessaire pourrait-on dire. Qu’ils prennent appui sur le voisin, des cr√©atures extraterrestres aux pouvoirs merveilleux, ou sur Brad Pitt et Richard Gere. Mais le passage √† l’acte est d’un autre ordre. Le partenaire qui franchit le pas a beau dire: “C’est plus fort que moi, que nous”, il y a toujours un moment o√Ļ il se laisse aller, parce qu’il en a le d√©sir et qu’il prend la libert√© d’accomplir un acte qui engage sa responsabilit√©.

Certaines p√©riodes de la vie du couple sont plus critiques. L’accession √† la paternit√© peut gravement d√©stabiliser, paniquer le conjoint, qui se prend √† r√™ver de fuite, d’une autre vie. L’entr√©e dans l’adolescence des enfants peut ressusciter chez les parents des d√©sirs d’affranchissement des contraintes, des fringales d’exaltation amoureuse. Dans chaque cas, pas de fatalit√©, mais un choix.